Jean Stengers

Jean Stengers

13 juin 1922 – 15 août 2002

Le 15 août 2002 disparaissait le professeur Jean Stengers.

Né à Ixelles le 13 juin 1922, Jean Stengers fut, entre autres, professeur ordinaire puis émérite à l’Université libre de Bruxelles (ULB), membre de l’Académie royale de Belgique, président de la Commission de la Biographie nationale, membre puis président de l’Académie royale des sciences d’Outre-Mer, président du Comité national des sciences historiques, membre de la commission scientifique du Centre d’études et de documentation Guerre et Sociétés contemporaines (CEGES), directeur de la Revue belge de philosophie et d’histoire. Prix Hubert Pierlot en 1982, il était docteur honoris causa de la Vrije Universiteit Brussel (VUB).

Depuis la création en 1994 de la Fondation de la Mémoire contemporaine – Stichting voor de eigentijdse Herinnering, il en présidait le conseil scientifique. Tous les collaborateurs de la Fondation, qui savaient ses qualités d’historien,

son souci de vérité sans concessions aux modes et aux idéologies, ont pu apprécier son affabilité et sa solidité souriante. Il lui sont profondément reconnaissants de la confiance qu’il leur a témoignée et de son encourageante attention à leur travail.

On doit à Jean Stengers près de 300 titres, relatifs aux domaines historiques les plus divers : Moyen Age, Belgique contemporaine, Congo, relations internationales contemporaines, démographie et migrations, sociologie électorale, Seconde Guerre mondiale, Eglise contemporaine, méthodologie, négationnisme. On ne retiendra ici que les ouvrages, à l’exception des articles.

Histoire politique de la Belgique :

  • Léopold III et le gouvernement. Les deux politiques belges de 1940, Bruxelles, Duculot, 1980, 20022.
  • L’action du Roi en Belgique depuis 1831. Pouvoir et influence, Bruxelles, Racine, 1992, 19962.
  • Histoire du sentiment national en Belgique des origines à 1918. Les racines de la Belgique. T. I, Bruxelles, Racine, 2001 ; t. II, en collaboration avec Eliane Gubin, Bruxelles, Racine, 2002 (posthume).

Histoire du Congo :

  • Combien le Congo a-t-il coûté à la Belgique ?, Bruxelles, ARSC, 1957.
  • Belgique et Congo : l’élaboration de la Charte coloniale, Bruxelles, La Renaissance du Livre, 1963.
  • E.D. Morel’s History of the Congo Reform Movement, Oxford, 1968. (En collaboration avec R. Louis).
  • Congo : mythes et réalités. Cent ans d’histoire, Bruxelles, Duculot, 1989.

Histoire des mentalités :

  • Histoire d’une grande peur : la masturbation, Ed. Synthélabo, coll. «Les empêcheurs de penser en rond», 1985, 19982. (En collaboration avec Anne Van Neck).

Méthodologie de l’histoire :

  • Vertige de l’historien. Les histoires au risque du hasard, Ed. Synthélabo, 1998.

L’intérêt de Jean Stengers pour la place des Juifs dans l’histoire de Belgique s’est traduit notamment par son étude de référence :

  • Les Juifs dans les Pays-Bas au Moyen Age, Bruxelles, Palais des Académies, 1950.

A signaler également :

  • «La Belgique et l’Affaire Dreyfus», dans le Bulletin de la Classe des Lettres et des Sciences Morales et Politiques de l’Académie Royale de Belgique, t. VI, 1-6, 1995, pp. 69-105.

On lui doit également des réflexions sur le révisionnisme :

  • «Quelques libres propos sur « Faurisson, Roques et Cie »», dans Cahiers du Centre de Recherches et d’Etudes Historiques de la Seconde Guerre Mondiale, n° 12, 1989, pp. 5-29.