Institutions Juives de Belgique

JUIFS EN BELGIQUE
Un panorama
INSTITUTIONS JUIVES DE BELGIQUE

Centre Communautaire Laïc Juif

Le CCLJ est reconnu comme Organisation d’Education Permanente et Maison des Jeunes par la Communauté Française de Belgique.En 1959, c’est une poignée de jeunes gens, bientôt suivis par d’autres, qui ont pensé que la renaissance de la communauté juive devait nécessairement passer aussi par sa reconstruction morale.
Ils ne pouvaient se contenter de travailler, de se marier, de fonder des familles. Ils ne pouvaient se concevoir sans activités politico-culturelles. Ils ne pouvaient pas davantage se contenter d’un judaïsme reconnu au seul plan religieux. Ils voulaient de toutes leurs forces reconstruire une vie juive en Belgique. C’est ce qu’ils ont fait, d’abord à travers de petites activités, ensuite par des activités de plus grande envergure. C’est ainsi qu’est né le Centre Communautaire Laïc Juif.

Centrale d’Oeuvres Sociales

La Centrale est née en 1952 de la volonté d’organisations, d’hommes et de femmes de répondre aux urgences sociales d’alors.  La Centrale subventionne notamment la maison de retraite l’Heureux Séjour. Cette institution, créée en 1875, était d’abord située avenue d’Auderghem (Etterbeek), puis rue Bara (Anderlecht) avant de s’installer en 1901 rue de la Glacière à Saint-Gilles.

Av Henri Jaspar 91/1 – tel (02) 538 80 36

De Centrale

De Centrale, ou Koninklijke Vereniging  voor Joodse Weldadigheid, a vu le jour en avril 1920 à l’initiative du professeur Nico Gunzburg. De Centrale propose une aide matérielle et morale aux « pauvres et indigents de notre société ».

Cercle Ben Gourion

Le Cercle Ben Gourion , fondé en 1979 est une association sans but lucratif, ayant pour objet l’organisation, la coordination, l’entreprise de toutes manifestations et festivités dans le domaine culturel, politique, social récréatif, sportif, de la diffusion d’information. Le Cercle Ben Gourion lutte contre l’antisémitisme, l’antisionisme et veille à la promotion, par tous moyens, de l’éducation juive et ce, auprès de la communauté juive de Belgique ou à l’étranger et de la population belge en générale.

Comité de Coordination des Organisations Juives de Belgique (CCOJB)

Consistoire Central Israélite de Belgique

Le Consistoire perpétue l’idée d’une fédération des communautés religieuses de l’ensemble du pays et, partant, de toute la population juive de Belgique. Il entretient et garantit la synthèse des courants contraires qui se manifestent en son sein. Enfin, il personnifie le modèle d’intégration des Juifs aux sociétés modernes, au point d’inspirer des projets en la matière pour des minorités religieuses plus récemment installées dans nos régions.

Forum der Joodse Organisaties

Le Forum est un organisme coupole créé fin 1993 et regroupant  toutes les associations et institutions juives en Flandre.

Institut d’Etudes du Judaïsme (Institut Martin Buber)

L’Institut d’Etudes du Judaïsme est la seule institution universitaire dans le pays à dispenser un enseignement – en horaire décalé – entièrement consacré à l’étude des multiples dimensions du monde juif de l’antiquité à nos jours ainsi qu’à l’étude de ses différentes formes d’expression artistique, linguistique et littéraire.

Service Social Juif

Le Service Social Juif puise sa spécificité dans l’histoire d’une communauté immigrée en 1940 décimée par le génocide et dont les rescapés durent leur survie à leurs propres ressources et aussi, pour l’essentiel, à la solidarité. Dès 1944, l’Association des Israélites victimes de la Guerre (AIVG) a permis aux survivants de s’insérer dans une vie affective, sociale et professionnelle. C’est dans ce creuset que le SSJ fut fondé en 1961 par une équipe de travailleurs sociaux.

Le SSJ est aujourd’hui marquée par une vocation multiculturelle originale dont l’action sociale est insérée dans le réseau d’aide de la Communauté Française.

Union des Progressistes Juifs de Belgique

En 1939, à Bruxelles, des militants révolutionnaires juifs, immigrés en provenance d’Europe de l’Est, communistes ou issus des milieux antifascistes (anciens des Brigades Internationales, MOI, Patronatn, Kultur Farayn, YASK, Secours Rouge) se regroupent et créent Solidarité juive, Sol. Sous l’occupation allemande, Solidarité juive est à l’origine de la création du Comité de Défense des Juifs, le CDJ. De nombreux militants combattent dans les rangs du Front de l’Indépendance, le FI. Dès la libération, Solidarité Juive se constitue en ASBL sous le nom de Solidarité Juive AVON (Aide aux Victimes de l’Oppression Nazie) et entreprend un important travail socioculturel de reconstruction de la vie juive détruite. Solidarité Juive affirme son adhésion idéologique au communisme, notamment par le biais de sa presse, en Yiddish. Ses membres dirigeants sont quasi tous membres du Parti communiste belge (PCB).

En 1969, Solidarité juive, affaiblie, décide avec quelques anciens des différentes générations de l’Union Sportive des Jeunes Juifs, (l’USJJ), l’Amicale des Moniteurs de ses colonies de vacances, le Comité des Parents et Amis de l’Union des Jeunes Juifs Progressistes (l’UJJP), de créer l’Union des Progressistes Juifs de Belgique, (l’UPJB), qui se détache du PCB mais reste fidèle aux valeurs de gauche.