Ce qu’elle est ?

La Fondation de la Mémoire contemporaine a été créée en 1994. Elle est localisée à Bruxelles. Institution universitaire de recherche, elle est partenaire privilégiée du CIERL (Centre interdisciplinaire d’Etude des Religions et de la Laïcité -ULB). Elle s’est donné pour mission de faire mieux connaître l’histoire des Juifs en Belgique et leur apport à la communauté nationale durant le XXe siècle.

La population juive de Belgique a présenté tout au long du XXe siècle des facettes contrastées. Elle a témoigné d’une fécondité constante dans les domaines les plus divers, de l’initiative économique à la recherche scientifique, de l’action sociale à la création intellectuelle ou à l’engagement politique. Elle a connu les situations socio-économiques les plus différentes et a été frappée de plein fouet par les soubresauts de l’Histoire.

 

 
 

Mémoire

La Fondation de la Mémoire contemporaine tient pour un devoir de perpétuer le souvenir de ce qui fut sans en laisser ternir les couleurs ou perdre l’humanité. Elle souhaite donner la parole aux hommes et aux femmes qui n’ont généralement pas voix au chapitre de l’Histoire. Elle est très attentive aux tensions, inévitables et fécondes, qui se manifestent entre les processus de la mémoire et les exigences de la méthode historique, entre la dynamique du souvenir et la reconstruction critique du passé.

Image2

 

Vigilance

La volonté de l’Allemagne nazie d’annihiler, au nom d’une idéologie délirante, un peuple tout entier non pour ce qu’il est censé avoir fait, mais pour ce qu’il est, marque la civilisation occidentale d’un stigmate durable, qui impose réflexion et vigilance. La Fondation de la Mémoire contemporaine entend contribuer à l’effort entrepris aujourd’hui pour donner la parole à ceux qui, mieux que quiconque, savent de quel prix s’est payée cette démence et assurer la transmission de leur témoignage. La compréhension lucide du passé est une composante primordiale de la vigilance démocratique dans le présent et donc l’une des conditions sine qua non d’un avenir humain pour tous.

Image3